J’ai assisté à un cambriolage

voleurs
Dans un village de 1200 âmes, on croit pouvoir mener une vie tranquille. On connait (presque) tout le monde, on se sent à l’abri. Enfin ça, c’est jusqu’au jour où on est témoin d’un cambriolage.
Lundi, 2h40 du matin. Comme de nombreuses personnes, il m’arrive parfois de me réveiller la nuit avec un besoin pressant. La salle de bains se situant au rez-de-chaussée, il m’arrive aussi d’avoir la flemme de descendre et d’essayer de me rendormir tout simplement. Mais pas cette nuit. Comme à mon habitude, je me rends aux toilettes, lumières éteintes. Machinalement, je regarde derrière la vitre de la porte d’entrée, qui se situe juste à côté et là, croyez-le ou non, j’ai eu l’impression d’être installée dans un fauteuil au cinéma, avec un seau de pop corn .
De l’autre côté de la route, devant le tabac-presse, une voiture est garée en marche arrière, le coffre grand ouvert. Un individu tout en noir et cagoulé fait des allers-retours avec du « matos » à vitesse grand V. J’ai mis de côté mon envie urgente pour aller chercher mes lunettes et me rendre compte que ce que je voyais était bien ce que je m’imaginais. Je continue d’observer le bonhomme et ses compères, tous cagoulés et munis d’une lampe de poche. Comme à la télévision ! Je réfléchis un instant, me disant bêtement : « N’appelle pas la gendarmerie pour rien, sois sûre qu’il s’agisse bien d’un cambriolage ». Bon au bout de cinq minutes, je me rends enfin à l’évidence : ces types-là ne se sont pas donné rendez-vous pour aller prier à l’église du coin. Ni une, ni deux, j’appelle les gendarmes, donne mon nom et leur dis prudemment : « Je crois que je suis en train d’assister à un cambriolage ». Ils sont au courant et en route. Une autre voisine a joué les Sherlock Holmes comme moi.
Rapidement, la gendarmerie arrive. Bon d’accord, de nuit, j’ai d’abord cru qu’il s’agissait de la suite du gang et je me disais déjà intérieurement : « Mais ils sont combien pour ce petit braquage ?! » Malheureusement, les gendarmes ne les ont pas empêchés de repartir avec la caisse et tout le stock de cigarettes. Une course-poursuite a démarré pour se terminer deux villages plus loin. Au final, les « méchants » sont toujours en fuite et la voiture a été retrouvée beaucoup plus loin, brûlée. Normalement, ce ne sont pas les gentils qui sont censés gagner ?
Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s