Je suis allée à Auschwitz

Auschwitz (4)
C’est LE camp de la mort. C’est un petit village tranquille du nom d’Oswiecim qui s’est transformé du jour au lendemain en véritable enfer pour des milliers de personnes. C’est un endroit que je voulais visiter depuis des années. Et puis l’opportunité s’est présentée. Je suis allée à Auschwitz, en Pologne.
Dit comme ça, je trouve que ça fait froid dans le dos. Vous imaginez, dire à nos ancêtres « Je me rends à Auschwitz » ? Eux qui fuyaient les SS, qui allaient parfois jusqu’à se réfugier dans un autre pays, ou qui comme Anne Frank s’enfermaient entre quatre murs et ne vivaient presque plus. 
Auschwitz I se situe presque en plein cœur de la ville. On a du mal à visualiser comment les alentours pouvaient être il y a 70 ans de cela. On a beau avoir vu des dizaines de reportages et de films sur le sujet, sur place, ce n’est pas pareil. Auschwitz est immense. Tous ces baraquements en briques (oui il s’agissait à la base d’une ancienne caserne) alignés les uns à côté des autres… Et puis quand on passe la porte « Arbeit Macht Frei », on a la chair de poule. En marchant dans le camp, sous la pluie, j’ai tenté d’imaginer ce que tous ces pauvres gens ont pu vivre. A chaque instant, je me disais : « Ils ont foulé le sol sur lequel je suis en train de marcher ». J’ai vu les baraquements, les valises abandonnées, les affaires, les boîtes de Zyklon B qui ont servi à les achever, les deux tonnes de cheveux qui ont été coupées. C’est abominable. Je suis allée dans une des chambres à gaz qui tient encore debout. Je me suis retrouvée là où l’on a gazé les premières personnes, là où on a enfermé des gens dans de minuscules cachots où on ne pouvait même pas tenir droit. J’ai vu le mur des fusillés, le bloc 11 réputé pour être le plus dangereux du camp. J’ai vu l’horreur sur des dizaines de photos, le peu de nourriture qu’on distribuait chaque jour. J’ai vu les barbelés que certains ont tenté de franchir pour retrouver leur liberté. 
Je suis allée aussi à Auschwitz-Birkenau alors que le soleil commençait à se coucher. Situé à trois kilomètres du premier camp, ce second endroit où l’extermination était immédiate se trouve en plein milieu des champs. J’ai vu les rails qui amenaient les déportés jusqu’à l’intérieur même du camp. J’ai vu l’intérieur des baraquements en bois, là où on entassait les personnes, sur des lits superposés à trois niveaux, et les latrines aussi. J’ai vu l’installation du chauffage dans les baraques en question. Oui, vous avez bien lu. Pour être dans les clous, les Allemands ont en effet élaboré un système de chauffage, mais ils ne l’ont jamais activé. Du haut de la tour, j’ai pu voir toute l’étendue du camp. J’ai imaginé toute l’horreur qui y a été perpétrée. 
Auschwitz est un endroit marquant, on n’en ressort pas indemne. Je n’ai pas eu tout le temps que j’aurais aimé pour « m’imprégner des lieux » mais je pense avoir fait mon devoir de mémoire. Et c’est ce qui importe le plus. 

 

Advertisements

2 réflexions sur “Je suis allée à Auschwitz

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s