Pourquoi j’ai détesté le cours d’EPS

eps

Au collège, au lycée, le cours d’EPS était obligatoire. Pour moi, c’était encore pire que les maths. La p’tite intello allergique au sport que j’étais, y allais à reculons. Alors, vous pensez, quand j’ai appris qu’à la Fac, ce n’était plus à l’ordre du jour, j’ai sauté partout ! Il faut dire que j’avais plein de raisons de détester ces 2h d’EPS que nous avions chaque semaine :

  • Mettre un jogging. Oui, c’est confortable, mais c’est moche.
  • Avoir obligatoirement deux paires de chaussures. Comme si le sac à dos n’était pas déjà assez lourd !
  • Le gymnase. Avec le manque de chauffage, les chaussures qui crissent, les ballons et le sol sales.
  • Le cours de gymnastique et plus particulièrement le blocage devant le cheval d’arçons. Rien à faire, ça ne voulait pas !
  • La chasuble qu’on devait mettre quand on jouait en équipe. Impossible de l’enfiler correctement.
  • Avoir les pouces bleus parce qu’on ne fait pas le service correctement au volley.
  • Les vestiaires. Avec les fouteurs de m**** qui menacent les plus faibles. Mais aussi avec les odeurs nauséabondes.
  • Le fait d’être choisie en dernier dans une équipe. Eh oui, l’intello est peu appréciée par ses camarades.
  • Faire trois tours de piste sans jamais s’arrêter et se taper une sale note parce qu’on n’est pas assez rapide.
  • Les profs. C’est quand même spécial un prof d’EPS. On dirait qu’ils prennent un malin plaisir à nous faire suer.

 

Publicités

4 réflexions sur “Pourquoi j’ai détesté le cours d’EPS

  1. Les profs d’EPS sont ceux qui en font le moins. Pas de devoir, pas de copie à corriger et franchement, je n’ai jamais vu un seul de mes prof se bouger ! Les miens étaient de gros fainéants, certains avec le ventre bedonnant.

    Le sac de sport en plus de celui de cours, c’était le bordel. J’étais choisie en dernier car j’étais grassouillette. Je détestais les vestiaires donc je venais en tenue de sport (2 fois par semaine, pas top pour espérer flirter). Et les chasubles (tu m’apprends le nom), question hygiène, je n’étais jamais fan de porter ça…

    En tout cas, c’est pas les profs que j’ai eu qui m’ont fait aimer le sport. Bien dommage !

  2. J’adhère à 200% à cet article, moi aussi intello grassouillette, mais avec un petit ajout: le favoritisme honteux dont faisaient preuve les profs vis à vis des danseuses, gymnastes et sportives…ça je ne l’ai jamais digéré!!!

  3. Tellement vrai, je me retrouve dans cet article. Moi aussi, j’étais la fille intello grassouillette.

    Mais pour ma part, j’ajouterais un autre point à la liste : quand dans les vestiaires, avant ou après s’être changé, les filles, minces comme des fils de fer, disent qu’elles sont grosses et que le cours de sport est le bienvenu. Et toi tu te regardes en te retenant de lancer une réplique sarcastique.

    Par contre, j’ai eu de la chance. De mes années collège et lycée, je n’ai eu que deux profs de sport différents, et ils étaient super sympa. Ils savaient que je donnais mon maximum, et c’était tout ce qui compté pour eux.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s