J’ai pris pour la première fois l’Eurostar

london

Pour aller à Londres, plusieurs solutions s’offrent à moi : la voiture, le ferry, l’avion et… le train. Ou plus précisément l’Eurostar, vous savez ce fameux train qui passe sous la Manche, sous des mètres cube d’eau… N’ayant jamais pris l’avion et souhaitant arriver au cœur de la capitale sans me prendre la tête, j’ai donc opté pour cette solution.

Arrivée à Lille, je dois patienter deux bonnes heures avant de monter à bord. Et puis vient enfin le temps de « l’embarquement ». Armée de ma valise, je me dirige vers cette fameuse zone, où la sécurité semble sans faille. J’ai l’impression d’être dans un aéroport, de me rendre dans une zone dangereuse. Toutes ces vérifications, ces papiers demandés, examinés dans les détails, ces douaniers qui peinent à sourire, cela me fait légèrement flipper. Bon OK, je suis complètement stressée. Je suis un peu parano sur les bords avec les événements qui ont eu lieu ces dernières années. Tous ces attentats, dans le métro, dans les airs, pourquoi pas sous la Manche ?! Et puis il y a aussi le fait de passer sous l’eau. Sous l’eau, vous vous rendez compte ?!

Bref, je franchis donc cette fameuse zone (ça prend quand même du temps) et je me retrouve sur le quai. Il fait froid, très froid. On nous informe que l’Eurostar vient de Bruxelles et que par conséquent, l’arrêt sera de courte durée. Le voilà qui arrive. Je monte dedans. Je m’attendais à quelque chose d’un peu plus haut de gamme, je suis déçue. Je prends place. Le train n’a pas encore démarré que je me sens déjà en vacances à l’étranger. Il y a en effet plein de nationalités différentes dans ma voiture. On parle allemand, anglais, néerlandais, arabe ou encore italien. Je crois que c’est la première fois que je me sens européenne.

Ça y est, c’est le départ. La nuit tombe, nous quittons peu à peu la France. Je me demande dans combien de temps nous serons dans le tunnel. Comme il fait sombre, on ne distingue rien. Aucune annonce n’est faite, et puis finalement, je distingue de petites lumières, à intervalles régulières. Ça y est, je suis entre la France et l’Angleterre. Contrairement à ce qu’on m’a dit, je ne ressens rien de particulier, je n’ai pas les oreilles qui se bouchent ; cela viendra plus tard, dans les autres tunnels que nous franchissons pour atteindre Londres. En vingt minutes, nous avons passé la Manche. En y réfléchissant, c’est quand même dingue, le progrès !

Me voilà à Londres. La gare St Pancras est immense. Il ne me reste plus qu’à patienter sagement pour franchir la zone Eurostar  et je pourrai enfin profiter de mon séjour.

 
 
Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s