Pop corn, esquimaux, sièges troués et grand écran

Pop_Corn____by_Robert_osa

Aller au cinéma, un loisir bien plaisant mais qui devient cher à la longue. Heureusement que les tarifs étudiants existent me direz-vous, mais après ? « Oui, bonjour, je voudrais une place s’il vous plaît ? » Et la réponse tombe « Cela fera 8.50€ ». Argh, vous donnez alors votre beau billet rouge et recevez en retour une pièce minable. Tout ça pour voir un film qui dans moins de trois mois sera disponible en ligne sur Internet [bon pas de manière très légale soit, mais quand même !] et en DVD.

Les salles ne sont pas encore ouvertes et il vous faut patienter. Non loin de là, le stand de pop-corn, bonbons et autre cochonneries à dévorer sur place. Avec deux malheureux euros c’est sûr, vous n’irez pas loin. La solution ? Manger avant de venir, bourrer vos poches de friandises prises chez soi ou bien…Fermer les yeux en passant devant les gros paquets de Maltesers ou M&M‘s.

Ça y est, vous entrez dans la salle. Comme toute personne normalement constituée, que vous soyez en groupe ou « alone », vous vous dites : « Où est ce que je m’assois ? » Pas trop loin, ni trop près, pas trop à gauche mais en même temps pas trop à droite non plus, au milieu ? Ah oui peut-être. Sachez juste que peu importe la place que vous occupez dans la salle, vous verrez exactement la même chose [merci les cours d’esthétique du cinéma, désormais je ne me pose plus la question !]
Selon la séance [mais aussi le film n’est ce pas], la salle peut-être bondée comme totalement déserte. Entouré de sièges vides ou bien de couples qui se bécotent juste devant vous, d’une maman qui a amené sa gamine de 3 ans qui n’arrête pas de geindre, ou de jeunes qui rigolent fort tout en balançant du pop corn à tout va [bon sang ! Pensez à ceux qui crèvent de faim en Afrique !], vous pouvez vous avérer être très chanceux comme pas du tout.

M‘enfin, je ne sais pas vous, mais j’ai toujours apprécié lorsqu’il y avait une comédie à l’affiche, de me retrouver dans une salle bondée juste pour nous entendre tous rire en même temps. On se sent en harmonie.
C‘est un peu pareil pour les films d’horreur. Il n’y a pas un bruit, certains sont recroquevillés dans leur fauteuil, les mains devant les yeux avec un petit espace entre le majeur et l’annulaire pour quand même voir ce qui se passe. Tout ça pour finalement s’effrayer comme prévu au moment M alors que le coup est préparé depuis dix minutes avec la musique, l’ambiance sombre qui règne dans le film et l’acteur qui n’arrête pas de faire des tours sur lui-même, les yeux écarquillés et le couteau en main.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s