Ode à l’amitié

large

A la question, quel est le plus beau sentiment qui existe au monde, certains répondront non pas l’amour mais l’amitié ; et il n’est pas rare que les ruptures amicales soient aussi douloureuses qu’un chagrin d’amour…

Il y a tout d’abord les amis d’enfance, ceux rencontrés lors du premier jour à la crêche ou dans la cours de récréation. Aujourd’hui, soit on les croise de temps à autre dans la rue, soit on en est devenu extrêmement proches.  Ces personnes, on leur raconte tout ou presque, on est incapable de leur mentir car ils savent tout sur nous, depuis le bac à sable, depuis qu’on a décidé d’être frères de sang. Avec eux, on a fait les 400 coups, on a construit des cabanes dans les arbres, mis du savon dans la piscine, pris notre première cuite et glissé un coussin-péteur sous le siège de la maîtresse. Lorsqu’on se retrouve ensemble, le masque tombe et notre véritable personnalité se révèle.

Parfois, dans le lot d’amis que l’on possède, se trouve le ou la meilleur(e) ami(e) ou « BFF » [comprenez par là : Best Friend Forever] ; une personne unique, une oreille attentive, un(e) confident(e) avec laquelle (ou lequel) on n’est pas forcé de se parler pour se comprendre, avec qui on partage tout, les bons comme les mauvais moments. Une personne précieuse à nos yeux qu’on ne veut perdre sous aucun prétexte, chez qui on va se réfugier en premier quand le moral est au plus bas ou lorsqu’on a une grande nouvelle à annoncer. On ne la connaît pas forcément depuis toujours, on l’a souvent rencontrée en plein parcours mais ça ne change rien à l’importance qu’elle tient désormais dans notre vie.

On a aussi en général, les amis, les vrais, pas les 362 qui se trouvent dans notre liste de contacts Facebook mais ceux que l’on compte sur les doigts d’une main, ceux qu’on pourrait appeler à 3h du matin si on avait un problème, ceux avec qui l’on s’amuse. Ils ne sont pas nombreux, ils ne vivent pas toujours près de chez nous mais ils sont proches par la pensée.
Et puis, il y a les autres : les copains, les connaissances, avec qui on papote parfois en attendant le bus, que l’on croise dans les rayons du supermarché. On prend de leurs nouvelles, l’espace de quelques minutes. Cela fait toujours plaisir de les rencontrer sur notre route.

L‘amitié, ça s’entretient. Ce n’est pas parce que l’on prend des chemins différents, que l’on se met en couple ou qu’on s’éloigne les uns des autres que l’on ne peut plus rester en contact ou sortir ensemble. Car quand on veut, on peut, et si l’on tient réellement à l’autre, on fera tout ce qui est en notre possible pour protéger et prendre soin de cette amitié, ce « long fil d’or qui ne s’éteint qu’à la mort ».

Advertisements

Une réflexion sur “Ode à l’amitié

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s