Fière d’être Lorraine

largep

Région : Lorraine. Départements : Meurthe-et-Moselle, Meuse, Moselle et les Vosges. Nombre d’habitants : plus de 2 334 000.
Personnalités : Patricia Kaas, Geneviève de Fontenay, Jean-Pierre Coffe et accessoirement Cindy Sander et Helmut Fritz.

Et comme toute région qui se respecte, elle a ses traditions. En clair, ça veut dire que les citoyens lorrains bénéficient de deux jours de congés supplémentaires par rapport aux autres Français. Pour être plus précise, cela signifie que pendant que toi tu bosses comme un forcené le vendredi saint et le 26 décembre, nous on se la coule douce…Sache, par la même occasion, qu’à Pâques, c’est un lapin qui nous ramène du chocolat et non des cloches, et même qu’on en reçoit à la Saint Nicolas, car nous sommes très sages. Ne sois pas jaloux, car contrairement à toi, on a dû subir des cours de religion dès le primaire…
En dehors des jours fériés, on a aussi quelques spécialités qui plaisent pas mal à ceux voulant se mettre quelque chose sous la dent. Au menu, de la mirabelle, de la quiche lorraine (inévitable), du schnapz (de l’eau-de-vie quoi!) et des macarons. Bien évidemment, il faut aussi prendre en compte toute la charcuterie made in Deutschland et notamment la fameuse Lyoner. Sur notre barbecue, tu trouveras aussi des saucisses blanches et des schwenks, et si jamais ça ne te goûte pas, il te restera toujours les bocks allemands, les bretzels et les quetsches (mot à double emploi puisqu’on dit de temps en temps qu’une « personne est quetsche »).

En Lorraine, on est aussi économe, d’où le fait d’aller acheter ses clopes et sa bouteille d’alcool au Luxembourg et en Allemagne (eh vi, c’est moins cher mais si tu ne fumes pas et ne bois pas, cela ne sert strictement à rien). Pour s’informer, on lit Le Républicain Lorrain, l’Est Républicain et sinon il reste toujours la bonne vieille méthode du téléphone arabe.

On est également fier de notre région minière et sidérurgique où beaucoup d’hommes sont allés au fond, à la quête du charbon. On a un passé hors norme, puisqu’un temps on a été Français puis Allemands avant de redevenir Français, voilà pourquoi on se souvient avec émotion des batailles de Verdun…et de Spicheren ! La Lorraine, ça n’est pas le Nord, mais cela ne nous empêche pas d’avoir du chauffage jusqu’à mai…voire parfois en juin et juillet (j’ai dit parfois !)

Mis à part cela, on a aussi une panoplie de mots et d’expressions propres ou empruntés à notre cher voisin allemand. Donc si un jour, une Lorraine te dit que tu as du schpeck, c’est tout simplement que tu as du ventre ; si elle se rend chez le taille-poux, c’est qu’elle va chez le coiffeur.
Dans notre jargon, on nous reproche parfois d’allonger certaines syllabes à la manière des Alsaciens (attention à ne pas confondre l’Alsace et la Lorraine si tu tiens à la vie), de dire « ui » au lieu de « oui » et de mettre des articles devant les prénoms… » Tu savais que la Françoise, elle avait perdu son chien ? » Bref.

N‘oublions pas non plus que chez nous, il n’y a pas de poignées aux portes mais des clanches, et qu’on ne fait jamais de nœuds sur un paquet cadeau ou avec nos lacets, mais des flots.
Bon d’accord, faut avouer qu’avec le patois (je devrai dire « le platt ») et l’Allemagne juste à côté, il nous arrive souvent de dire « Oyé » lorsqu’on est surpris ou « ça geth’s » pour savoir si ça va ; de mettre un stampel sur une enveloppe (c’est-à-dire un tampon) ; de demander un stück de Brot à table entre midi (traduisez : un morceau de pain) ou de boire un schlouk (soit une gorgée). On achète par ailleurs un escargot ou un schneck à la boulangerie (pas de mauvais esprits, il s’agit que d’une viennoiserie), le tout avec nos schlapp’s aux pieds, et en écoutant attentivement les schpatz siffler dans les arbres.

Publicités

4 réflexions sur “Fière d’être Lorraine

  1. J’ai souris en lisant ton article ^^
    Les 2 jours fériés ne sont pas pour toute la Lorraine. Par exemple, en Meurthe-et-Moselle, là où j’habite, on peut aller se brosser…
    J’habite dans la ville du Pâté Lorrain.
    T’as oublié de parler des cornets (en plastique et non de glace).
    Par contre, on n’utilise pas de parlé allemand par chez moi. Ceux que tu as cité ne me disent rien du tout.
    Merci pour le « ui » au lieu du « oui ». On se moquait souvent de moi à Paris. C’est d’ailleurs là-bas que j’ai appris à un boulanger ce qu’était un escargot et un chausson aux pommes.
    Et à la St Nicolas, j’ai mon pain d’épices (bonbons/chocolat pour les petits). Certains reçoivent les cadeaux ce jour-là (en plus ou à la place de Noël) mais je crois que c’est plus une tradition allemande/belge (voir alsacienne).
    En parlant de l’Alsace, je confirme : j’adore cette région mais on nous fait vite sentir que nous ne sommes pas les bienvenus.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s