J’ai mis les pieds en boîte de nuit

disco___by_sevalkahyaoglu

Devant l’établissement, le bonhomme Michelin vêtu d’un costard et à l’air peu sympathique surveille l’entrée et sélectionne la clientèle. Il est bientôt minuit et les jeunes fêtards commencent à débouler. Peu à peu, le DJ aux platines fait monter le volume et la musique résonne aux quatres coins de la boîte de nuit. Sur la piste de danse, les moins timides s’échauffent pendant que d’autres tentent une approche sur une des banquettes rouges qui ornent les lieux. L’alcool coule à flots, les corps se frôlent. La fameuse boule à facettes est accrochée au centre du dancefloor. Des projecteurs de toutes les couleurs illuminent l’endroit. C’est comme si des milliers de photos étaient prises en même temps et figeaient les gens l’espace d’un instant. On a l’impression qu’il ne s’agit plus que d’une image jusqu’à ce que quelqu’un nous touche. Les basses, elles, retentissent jusqu’au plus profond de nos entrailles, comme si notre coeur avait pris le rythme.

On se glisse des petits mots à l’oreille, on ne comprend pas toujours ce que l’autre veut dire mais on ne peut s’empêcher d’acquiescer. On se marche parfois sur les pieds et on se dandine de gauche à droite lorsque la chanson qui passe ne nous plaît pas vraiment. On sue aussi à grosses gouttes parce que c’est quand même assez physique comme activité ! On danse et on chante à tue-tête quand un tube est mixé car de toute manière, personne ne nous entend.

En boîte, on tombe également sur de sacrés phénomènes. Il y a la petite bande qui vient chaque semaine pour chasser la femelle ou le mâle et qui n’hésite pas à faire quelques pas de danse assez originaux pour pouvoir enlacer de plus près leur proie. D’autres prennent de la place pour quatre et s’imaginent être Michael Jackson sans les Claudettes. Quelques-uns restent près du bar afin de s’assurer que leur verre est toujours bien rempli. Il y a aussi ces jeunes filles avec leurs jupes au ras de la salle de jeux qui squattent les toilettes pour se remaquiller toutes les dix minutes, ou ces femmes d’une cinquantaine d’années qui s’habillent comme si elles avaient encore seize ans…

Aux alentours de 3h, on se retrouve serré comme des sardines. C’est tout juste si l’on arrive à bouger le bras gauche et à faire un pas en avant. On décide de mettre les voiles. Dehors, c’est le silence le plus total. On dirait pourtant que la sono ne nous a pas quittés d’une semelle. On apprécie le calme quelques minutes avant de rentrer chez soi et de se glisser sous les couvertures avec la mélodie de la dernière chanson qui résonne encore dans notre tête.

Advertisements

3 réflexions sur “J’ai mis les pieds en boîte de nuit

  1. c’est exactement ça… enfin dans mes souvenirs, parce que ça fait bien longtemps que je n’y ai pas mis les pieds, et aucune envie d’y retourner ^^

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s