La chasse aux oeufs

easterbunnywithstuffedimposter_large

Dans la maison, plein de poussins sont disposés sur les meubles. On s’amuse pendant un après-midi entier à peindre des coquilles d’œufs pour ensuite les accrocher soigneusement à un arbre possèdant déjà des chatons. On ajoute quelques nids par-ci par-là, qu’on orne avec de la paille, et qui seront remplis de chocolats le jour J. Si on ne le fait pas chez soi, les maîtres et maîtresses s’en chargent dans les maternelles ou encore au primaire. A l’occasion des fêtes de Pâques, on n’hésite pas à sortir les tubes de gouache, du carton et des crayons de couleur. Au programme : fabrication de lapins, de poules ou encore jolis dessins pour décorer les murs de la chambre.

Les enfants attendent alors impatiemment le lapin de Pâques [ou les cloches]. Celui-ci passera par le jardin pour y déposer des trésors. Au petit matin, ils se précipiteront dans leur pyjama, et iront chercher dans les buissons les gros œufs Kinder qu’ils chérissent tant. Ils reviendront à l’intérieur, le sourire aux lèvres, les bras chargés, prêts à découvrir leur surprise et tout dévorer ensuite. C’est comme ça quand on est gosse : la surprise du fameux œuf nous intéresse plus que le reste. Quand on grandit, c’est le phénomène inverse qui se produit : on préfère manger et le jouet ne nous intrigue plus autant qu’avant.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s