Et avec votre esprit…

Je dois vous le confesser, je ne suis absolument pas croyante, et la religion ne m’inspire pas du tout Alors certes, jadis j’ai fait ma communion, ma confirmation, personne ne m’a forcée, mais avec le recul, je me suis sentie légèrement endoctrinée. Il faut dire que dans ma région, les cours de religion sont obligatoires jusqu’en classe de 5e (enfin ça l’était encore il y a quelques années) ; difficile donc d’y échapper. Mais au fur et à mesure des années, j’ai pu faire certaines constatations…
Première constatation : Quand on est petit et qu’on est contraint d’aller tous les dimanches à la messe, communion oblige, on se pose toujours un tas de questions comme : est-ce que le curé en profite pour picoler une bonne bouteille de vin grâce à sa coupe ? Quel goût à l’hostie ? Le blabla des apôtres c’est bien gentil mais quand est-ce qu’on chante ? Et puis c’est quoi cette manie de ne pas arrêter de faire assis-debout-assis-debout ?! Tous les mercredis, on doit se rendre au catéchisme pour apprendre l’histoire de Jésus, répéter les chansons, alors qu’on aimerait tant jouer avec les copains dehors. Arrêter de dire : « Je suis un enfant de Dieu », une phrase qu’on ne cesse de nous enfoncer dans le crâne et plutôt s’amuser aux gendarmes et aux voleurs. Une fois qu’on a enfin le privilège de déguster le fameux hostie dont on nous a tellement parlé, la première pensée qui nous vient à l’esprit c’est :  » J‘ai attendu tout ce temps pour manger ce truc qui n’a finalement aucun goût ?!  » Tant pis, on se consolera avec la robe et tous les cadeaux qu’on recevra à l’occasion de cette fête. Après tout, c’est bien ça qui nous a motivés à la faire cette communion, non ?Seconde constatation : A peine la prière terminée que retentit déjà la petite clochette pour la quête. La poche en soie rouge circule dans les bancs (qui font super mal au dos) pendant que la responsable fait attention à ce que personne ne pique les 75 centimes qui viennent d’y être glissés. On est sans doute nombreux à se demander où l’argent va car le chauffage ne marche jamais dans l’église, d’où la doudoune et le bonnet.

Dernière constatation : Lors d’un enterrement [qui est, je le rappelle tout sauf un moment de plaisir], on paie pour une messe durant laquelle le curé va dire trois mots sur le défunt (nom, prénom, profession) qu’il va répéter une dizaine de fois environ….et plus d’une vingtaine de phrases sur Paul, Jean, Matthieu et Ponce Pilate qu’on ne connait absolument pas et qu’on n’a même pas dans nos contacts Facebook. A quoi bon faire tout un pataquès quand ce n’est même pas la personne décédée qui est « à l’honneur » ? Une cérémonie dans un jardin avec pour seuls discours ceux des proches serait mille fois plus authentique…

Donc, pour éviter une messe soporifique et ne pas bayer aux corneilles, remplacez le missel par le dernier tome d’Harry Potter, l’hostie par une bonne boîte de biscuits Delacre, le vin par du Red Bull et l’orgue par la guitare du groupe Sum41. Ajoutez à cela une chorale made in Sister Act qui chantera « Oh Happy Day » à la place de « Jésus est parmi nous » ainsi qu’un chauffage au sol et vous obtiendrez une célébration plutôt réussie. Hallelujah !

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s