Touché ! Coulé !

A peine suis-je entrée dans le bâtiment, mon gros sac de sport sur l’épaule, que déjà l’odeur du chlore m’envahit. Les bassins ont beau être de l’autre côté de la vitre, j’ai l’impression d’avoir déjà la tête sous l’eau. Dans les vestiaires, l’air est parfois si lourd, si chaud que j’ai l’impression d’étouffer. Je choisis une cabine, de préférence une qui se ferme bien car je ne tiens pas à ce qu’un inconnu me découvre dans le plus simple appareil. Les affaires rangées à la va-vite, les chaussettes mises en boule comme si cela coulait de source, je règle le maillot de bain en faisant claquer les élastiques sur ma peau. Enfin prête, je me décide à sortir, un peu intimidée car je n’aime pas trop n’avoir qu’un bout de tissu sur moi alors que plein de gens me dévisagent. J‘avance à petits pas de peur de glisser sur le sol et de me retrouver les quatre fers en l’air devant toute l’assemblée. Je range les affaires dans mon casier tout en accrochant le petit bracelet fluo avec la clé autour de mon bras. Me voilà maintenant paré pour aller barboter dans le bassin de 2 mètres, les lunettes sur la tronche, le tuba en main et le bonnet rouge vif pour avoir la classe totale sur les lieux. Mais avant cela, il ne me reste plus qu’une étape à franchir : le bac d’eau gelé pour nettoyer comme il se doit mes petits orteils. Ça y est, je suis officiellement dans l’arène, prête à faire un salto du haut du plongeoir ou… à glisser très délicatement un pied dans l’eau tiède.
Je m’arrête un instant, observant discrètement les personnes qui se trouvent dans mon champ de vision. Bien évidemment il y a les gosses qui sautent comme des fous dans l’eau, volant dans les airs tel Peter Pan, et ceux qui barbotent dans la pataugeoire tout en éclaboussant leurs parents. A ma gauche, se trouve le maître-nageur, non pas le vieux croulant mais le jeune au regard de braise et au corps de rêve. Combien de fois ai-je fait semblant de me noyer devant lui pour qu’il vienne te repêcher  ?! Sans résultat, à chaque fois, le vieil homme prenait les devants…
Dans le bassin d’1m60, les mamies s’adonnent à la gymnastique aquatique dans leur maillot une pièce tout en essayant de lever les bras le plus haut possible, tandis que de l’autre côté, la bande de gazelles discute tranquillement plus qu’elle ne nage vraiment. C‘est un peu le coin café-klatch mais sans le café. Et puis, c’est l’endroit idéal pour reluquer les beaux mecs du bassin juste à côté qui font des longueurs depuis plus d’une heure. Il y a aussi la miss Alerte à Malibu, qui se dandine comme si elle défilait sur un podium pour attirer le regard des mâles. Dans un autre coin, il y a les novices, ceux qui apprennent à nager, qui essaient de combattre leur peur de l’eau ou des profondeurs.
Et enfin y’a moi au milieu de tout ça, pratiquant la nage du chien à merveille à défaut de savoir faire le papillon, buvant la tasse de temps à autres et profitant de l’occasion pour, à la fois me relaxer tout en faisant un peu de sport, car oui, il faut entretenir un minimum ce qui me sert de corps au quotidien… !

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s