Faut passer ton BAC !

Brevet, BAC, partiels, les examens approchent à grands pas (s’ils n’ont pas déjà eu lieu !) Tout le monde est sous tension. On se pose des questions, on doute. Plutôt pessimistes, on s’voit déjà au rattrapage, à devoir passer des oraux. On s’dit que notre avenir est en jeu, qu’on aimerait décrocher une mention pour que « ça fasse bien » même si ça ne sert pas à grand-chose une fois sur le marché de l’emploi. Alors on révise. Tous les jours. Dès qu’on a un peu de temps pour soi. On lit chaque mot, chaque ligne, on aimerait se souvenir de tout mais c’est impossible. Apprendre par cœur n’est pas idéal, surtout s’il faut mobiliser d’autres connaissances que celles apprises en cours. Il y a des étudiants qui s’y prennent à la dernière minute. Ils arrivent à mieux réviser « sous la pression » et parfois, ils obtiennent de meilleures notes que celui qui a passé des heures le nez dans les cahiers.Le grand jour est arrivé, c’est la panique dans les couloirs. Les feuilles volent, les gens ne tiennent pas en place. On relit une dernière fois, on se pose des questions entre nous parce que quelque chose nous échappe subitement. On se ronge les ongles, quitte à ne plus en avoir ou on s’isole parce que trop stressé.

Une fois à notre table, on sort le nécessaire, même parfois plus. Trois gommes, cinq crayons, 10 cartouches et un stylo. Ç‘a tendance à nous rassurer un peu. Les copies sont distribuées, les brouillons de toutes les couleurs, aussi. La pression est à son comble. La question tombe. Pour certains c’est une délivrance et pour d’autres, l’hécatombe. On rédige, « on gratte » jusqu’à en avoir mal à la main. Le sujet plaît, le sujet dérange, le sujet intrigue. Et puis dans un coin, il y en a, plein de mauvaise foi, qui essaient de tricher, de « pomper ». Ils n’ont pas mauvaise conscience, pourtant ils devraient.

Les jours passent, puis les semaines. C‘est l’heure des résultats. Avant, on se précipitait au bahut, aux tableaux d’affichage, pour chercher son nom et connaître ses notes. On sautait de joie, on souriait, on pleurait, on s’enlaçait. Aujourd’hui, ce jour a un peu perdu de son charme. 24h avant, on reste scotché à Internet, pour actualiser toutes les 30 secondes la page des résultats. On sourit seul dans son coin, on pousse un soupir de soulagement avant de crier dans toute la maison « Je l’ai eu ». Enfin ça, c’est quand tout s’est passé comme sur des roulettes…

 

Advertisements

5 réflexions sur “Faut passer ton BAC !

  1. Tu écris divinement bien. cela m’a fait revivre cette expérience angoissante du bac. ouf c’est derrière moi maintenant. Bienvenue les oraux (examens) devant des élus au sommet européen le mois prochain pour ma part… Bon courage à toi si tu passe des examens !

    1. Merci pour le compliment =)
      Oula devant des élus…Je te souhaite bonne chance alors ! De mon côté les études c’est fini, je suis dans le monde du travail…et les examens ne me manquent pas du tout !

  2. Bravo pour cet article bien écrit. 🙂
    Je passe dans deux semaines mon brevet et il est vrai que je suis un peu stressée, mais bon, ce n’est pas encore le bac !

  3. Je suis encore dans les études, et j’ai bien revécu mon bac et mes partiels à travers ton article. Et c’est vrai que le côté « convivial » du jour des résultats est bien derrière… Maintenant je dois me forcer à aller voir mes résultats sur internet, parce que je ne veux pas savoir, en grande pessimiste que je suis. Et même quand ça se passe bien, ben la maison est vide, et au mieux c’est quelques sms avec les amis pour savoir comment ça s’est passé. Vivement la vie active !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s